27/05/2020

INTERVIEW DE GILLES RIGOLE, VICE-PRÉSIDENT EN CHARGE DU GARD DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DE L'HÔTELLERIE DE PLEIN AIR DEPUIS NOVEMBRE 2019 ET DIRECTEUR DU CAMPING DU MASSEREAU DEPUIS 2009, PREMIER ÉTABLISSEMENT CLASSÉ 5 ÉTOILES EN FRANCE

 

Sur 10 hectares, le Camping du Domaine de Massereau propose 149 emplacements, dont 61 hébergements de 2 à 3 chambres et 88 emplacements de camping.

Ce Camping, pionnier de l’oenotourisme, a ouvert en juin 2006. Il a été créé par la famille afin de sauver le vignoble alors en difficulté. Aujourd’hui, le Domaine regroupe le Camping, le Vignoble et le Parc Aventure « Le Roc de Massereau », l’un des plus grands du Sud de la France avec ses 50 tyroliennes, 17 parcours, 230 plateformes dans les arbres. Le Camping est réputé pour son calme, cadre familial et reposant. Il propose un restaurant méditerranéen de qualité, et a ouvert cette année un parc aquatique avec balnéothérapie.

 

Dans le Gard : 94 campings adhérents à la FDHPA

La FNHPA représente la moitié du nombre de lits marchands proposés en France, l’hôtellerie de plein air est l’hébergeur numéro un en France et dans le Gard.

Le Gard bénéficie d’un maillage équilibré de son offre entre Camargue Cévennes et Méditerranée

 

1) Quels sont pour vous les meilleurs atouts du Gard pour rebondir, dans votre domaine ?

Notre véritable atout c’est la nature exceptionnelle de nos destinations, leur typicité Camargue Cevennes Méditerranée, ces superbes espaces naturels qui sont rassurants pour tous ceux qui vont vouloir fuir les foules dans les semaines à venir. C’est le tourisme vert, le tourisme responsable et durable que nous affichons et qui constitue un véritable atout pour le Gard.

C’est également la multitude des points de chute à découvrir, les centaines de sites confidentiels qui s’additionnent aux sites majeurs, comme le Pont du Gard ou le Cirque de Navacelles, ce sont ces spots cachés, idéaux pour se ressourcer dans un milieu naturel préservé, pour être tout simplement au calme ! Sans oublier l’Histoire, car le Gard c’est aussi la Romanité, le patrimoine culturel est généreux pour nos visiteurs.

 

2) Quel type d’action menez-vous au sein de la Fédération en ces temps de crise ?

Depuis le début de cette crise, notre mobilisation est totale, et l’équipe de la FNHPA ne s’est jamais autant démenée pour défendre les intérêts de la filière. Nous organisons et assistons chaque jour depuis plus de 2 mois à des réunions pour sauver la filière sans qui la France perdrait son identité. D’ailleurs, notre force, c’est aussi notre volonté de rebondir, ensemble, de mutualiser nos moyens pour faire émerger des idées et proposer des solutions pour accueillir au mieux nos clientèles : je porte par exemple depuis quelques semaines un projet nommé « Résonance » qui consiste à monter une opération de communication inédite. D’ici quelques jours, nous allons activer ce dispositif monté en partenariat avec le Comité Régional du Tourisme Occitanie, et complété par Gard Tourisme. « Résonance » a pour but d’associer à une même démarche de valorisation des territoires, les campings ainsi que l’ensemble des acteurs publics et privés d’Occitanie. Par l’ensemble des acteurs publics ou privés, nous entendons OT, CDT, CRT, mais aussi grands sites, prestataires de loisirs, événements (même annulés qui ont besoin de communiquer), grands restaurateurs, musées, producteurs bio, parcs régionaux … tout ce qui articule le tourisme dans notre région.

Cette association est à la fois pertinente stratégiquement pour la portée du dispositif mais elle l’est aussi pour chaque partenaire de l’opération. Chaque partenaire pourra bénéficier d’une visibilité virale inédite, améliorer le volume de sa communauté ainsi que la qualité de l’engagement de ses communautés sociales respectives. Les campings bénéficieront en plus d’un volet formation sur l’usage des réseau sociaux. Bref, c’est un dispositif puissant, unique et hyper dynamique, j’espère que son succès contribuera au rebond économique des Campings du Gard et de l’Occitanie.


3) Pensez-vous que pour le secteur touristique, il y aura un avant et un après COVID ?

Avec certitude, même si aujourd’hui on est à la fin de la vague épidémique, on sent déjà une mutation du marché, que ces gestes ne vont pas s’arrêter, que le virus marquera nos esprits et ceux des clientèles. En 2021, il sera toujours là, et la vague de la crise économique va se faire ressentir cruellement. Economiquement, on ne sait pas ce que l’on va devenir, on va bien sûr et malheureusement le payer, nous les professionnels du tourisme, mais aussi les touristes et les clientèles.

Oui, il va y avoir un avant et un après COVID.

On va devoir faire découvrir à la clientèle de proximité, la clientèle gardoise, locale, le patrimoine exceptionnel qu’elle a sous les yeux. Ce seront nos prochains clients !

C’est une clientèle qui va se déplacer, vers laquelle nous devons aller pour lui faire découvrir ou redécouvrir notre patrimoine, notre culture.

Le tableau des destinations touristiques va se refaire, se redistribuer, on va rebattre les cartes, et la mutation du marché va être profonde. 

Nous, professionnels, nous allons devoir nous adapter. La clientèle 100% française, nous devons la séduire, car nous sommes habitués à travailler avec l’Europe entière. Normalement en juillet et aout on a un plus de 60% de clientèle étrangère, c’est la tendance pour mon établissement et pour la FDHPA gardoise.

On attend le protocole sanitaire pour notre secteur lundi 25 mai. Car c’est un protocole spécifique pour l’hôtellerie de plein air, on a la chance d’être en plein air…. Son existence et son application doit rassurer la clientèle qui fera la démarche de réserver dans nos établissements.

Mais je dois le dire : L’intelligence du client vaut tous les protocoles ! Il faut que les clients soient partie prenante, acteurs de notre protocole ! il faut que ce protocole soit compris et adapté logiquement.

Les 3 gestes barrière distanciation, éternuement et se laver les mains sont fondamentaux. Il faut de l’intelligence à tous les niveaux !

Pour ma part, dans le Domaine de Massereau, tout est extrêmement sécurisé. J’ai refait ma réception, pour pouvoir accueillir un à un les clients, naturellement on a créé des distanciations, un process de désinfection des locaux, mis en place des distributeurs de gel, de la signalétique etc … Mais la clientèle aura besoin d’un climat rassurant non anxiogène, sinon elle ne viendra pas. Pour ma part, je suis contre le port du masque, terriblement inadapté pour l’hôtellerie de plein air. Inutile de le rappeler, le Camping reste le mode d’hébergement le plus sûr en cette sortie de crise, la distanciation existe naturellement. Chacun bénéficie de son propre hébergement, de sa propre parcelle, il s’agit donc d’appliquer avec du bon sens, de l’intelligence collective les gestes barrières et les protocoles dans les lieux communs …pour rebondir. Enfin, nombreux sont les établissements de plein air qui, depuis des années, appliquent des règles strictes pour les piscines, les restaurants, bar etc ... Nos process existent et ont fait leur preuve, les règles HACCP sont déjà notre quotidien, alors, pour conclure, je dirai simplement : nous sommes prêts.